Si la vie était un film

17 avril 2012

autant-en-emporte-le-vent-enfin-dans-les-cinemas-francaisgo.jpg Parfois, dans notre tête de midinette (ok, j’avoue, dans ma tête de midinette), on se prend à rêver sa vie. On se fait son film quoi, avec un seul héros : soi-même ! Les jours fastes, il y a même la BO qui va bien.

 

Bon, c’est variable, un coup on peut être super héros (souvent je sauve tout mon entourage en éclatant les méchants et je deviens une star mondiale…un vrai film est inspiré de mon histoire ! Parfois, je suis juste Super Résistante pendant la 3ème Guerre Mondiale, je sauve le monde et j’en deviens reine…des statues à ma gloire fleurissent un peu partout), un autre on devient richissime (mon arrière grand-père biologique retrouve ma trace, c’est l’homme le plus riche du monde et comme je suis la seule de ma famille digne de ce nom, il me file tout ce qu’il a. Parfois je me contente de gagner à l’Euromillion ou de trouver une lampe magique), et parfois, on est juste une héroïne tourmentée, voire tragique de l’histoire d’amour du siècle.

 

Hum hum (ouais, j’assume, mais le premier qui se moque, je boude). Seulement voilà (ça faisait un bail que je ne vous l’avais pas sortie celle-là), la vie, c’est pas du cinéma (je sais, je casse un mythe là). D’ailleurs, confondre la réalité avec certains films (notamment celui avec le célèbrissime Prince Charmant), est assez déconseillé. Primo, parce qu’on se casse toujours les dents sur un mur à la fin (et va draguer avec des dents pourries après ça), secondo…ben, y a le risque de finir en hôpital psy, tout simplement (non, crier « mais qu’il mange de la brioche » en crinoline, ou chercher un serpent dans le jardin en se faisant appeler Cléopâtre n’est pas sain…ou normal).

 

Donc non, la vie n’est pas un film. A la rigueur un épisode de Candy (« on s’amuse, on pleure, on rit, il y a des méchants et des gentils ». Je veux pas dire mais c’est qu’elle en bave la Candy, même avec un peu d’astuce et d’espièglerie, sa vie est nulle). Dans la vie, on rigole (souvent), on pleure (beaucoup), on aime (heureusement), on a le coeur brisé (hélas) et on se ramasse (parfois). Et ça c’est le côté fun. Sinon, on a ce qu’on appelle une routine (rien à voir avec le layering, sort de ce corps blogueuse beauté !), une sorte de boulot/métro/dodo, qu’on agrémente avec une vie sociale et/ou familiale (pour les plus chanceux).

 

Bref, on rigole pas tous les jours. Même que parfois la vie c’est assez chiant. Surtout quand on vit seule avec ses chats. D’où les films !

 

Et si ma vie était un film ? Ca serait quoi ? Bonne question, merci de me l’avoir posée (ou pas, de toute façon, je sais dialoguer toute seule, nous sommes nombreuses dans ma tête, ça occupe).

 

Déjà, je serais une JEUNE et JOLIE femme, bien dans sa peau (douce et parfumée la peau, et ferme, important ça, de toute façon j’aurais le corps d’une déesse) avec un QI jamais égalé (c’est presque le cas, mais au moins là, c’est acté), pleine d’argent (j’aime l’argent, l’argent c’est bien tu peux acheter plein de trucs avec et éviter de finir à la rue ou de vivre du RSA), hélas seule, trop seule…

 

Puis je rencontrerais l’âme soeur, la seule l’unique, la vraie ! The ONE et personne d’autre. Seulement voilà, mon film serait compliqué avec un tas d’intrigues, de gens jaloux (forcément avec mon look de bombasse et mon QI d’Einstein, tous m’envient), d’obstacles, de serial killers (faut un peu de suspense que diable). Bref, tout nous sépare, on est super malheureux de ne pas réussir à être ensemble (d’ailleurs je me demande si on ne se cache pas notre amour passionné et mutuel…ouais ! c’est bien, ça !), en plus on est super cyniques donc nous avons toujours des répliques d’humour à froid (ou carrément vaches)Bon à la fin, on finit ensemble, on s’aime jusqu’à ce que la mort nous sépare (ce qui peut venir vite, il a y a des serial killers je vous rappelle), on part vivre dans notre château rempli d’or et on fait un tas de bébés (enfin un, je ne me transforme pas en poule pondeuse dans mon film). Au passage on a tué tous les méchants (ou humilié en public, ce qui revient à une mort sociale).

 

En gros, mon film est une version améliorée des livres de Jane Austin, entre
Orgueil et Préjugés et Emma et j’épouse Mr Darcy. Pourquoi améliorée ? Simple, Mr Darcy et moi on fait un max de cochoncetés et le film est interdit aux moins de 18 ans. Clairement, c’est une donnée qui manque chez Jane Austen !

 

Mais maintenant que j’y réfléchis, les meilleurs films sont ceux qui se terminent mal pour les deux protagonistes amoureux. Ils sont faits l’un pour l’autre, mais ne finissent jamais ensemble ! Regardez Out of Africa, Autant en Emporte le Vent, Ghost, Love Story, Sur la Route de Madison…

Ok, ils ont vécu l’histoire du siècle, mais il y en a toujours un qui finit sur le carreau !

 

Finalement, la vraie vie ça a du bon, c’est quand même plus sympa de boulotter un plat de pâtes devant Koh Lanta avec M. BIG, que de finir toute seule avec l’image de Prince Charmant qui vous hantera jusqu’à la mort et vous empêchera de refaire votre vie !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • si ma vie t\intrigue autant