The virtual way of life…

27 mai 2011

whatwouldfonziedo.jpgJe ne suis partie que 3 jours…C’était bien, on ne peut le nier. J’ai passé 3 excellents jours !

 

Mais, car il y en a un, il me manquait une partie de moi ! Laquelle ? Mes chats (oui un peu), mon homme (oui un peu, mais moins)…non, ma vie virtuelle !

 

Déjà, à la fin de la journée, j’étais en manque. Angoissée, des sueurs froides, la main qui tremble…Mon cordon USB a bien du mal à se couper !

 

Bien sûr, je n’étais pas aussi nue qu’un geek nouveau né. Maman Pasd’Bol a un ordinateur. Un vieux, qui rame. Pi c’est pas mon clavier !! C’est là que j’ai réalisé à quel point bloguer était quelque chose de sensuel et de très intime, un peu comme un massage. Tapoter un autre clavier que le mien, ne pas avoir mes favoris, devoir m’adapter à un autre ordinateur, avait un léger goût d’interdit, mais d’interdit désagréable. Il y a une différence entre se faire du bien et toucher un corps inconnu. Oui, j’en suis là…

 

De plus, impossible de me sortir mes stats de la tête ! J’en ai même rêvé ! J’étais dans un club pour blogueurs, le but était de bouger le plus possible pour augmenter les statistiques et accéder à la gloire, il fallait répondre à un tas de questions, faire des tests quand soudain, je me suis retrouvé bloquée. Il y avait des épreuves de jeux vidéos (10) à réussir pour accéder à l’étape ultime. Or l’ultime, j’étais sûre de la pulvériser ! Mais voilà, les jeux vidéos étaient pour deux personnes obligatoirement (4 manettes) et M. Pasd’Bol n’était pas là (il en avait eu marre que je sois meilleure que lui aux autres épreuves, il est parti). J’ai supplié l’animateur du fait de ma participation solo, ce n’était pas juste de me pénaliser, surtout que j’étais la meilleure. Mais lui aussi voulait augmenter ses stats, donc il m’a sommée de quitter le club ou de réussir toutes les épreuves. C’est humiliée que je suis partie et que je suis allée dans une agence immobilière avec une copine.

Heureusement l’animateur est passé par là et j’en ai profité pour le supplier encore une fois et lui faire entendre raison, je devais gagner ! C’est là que mes seins ont dégonflé…

 

Le jour, je ne puis plus vivre sans recevoir l’amour de mes fans d’Internet, la nuit ma vie virtuelle me hante.

 

Je passe ma vie sur le blog, sur Hello Coton, sur le blog des autres et sur les forums que je modère. Et encore, ce n’est rien par rapport à tous les réseaux sociaux que je fréquente ! Une vraie toxicomane du Net. Le monde réel m’a perdue pour de bon. Et pourtant, je me sens épanouie, fatiguée physiquement (comme courir un marathon).

 

Je suis bonne pour jouer la suite de TRON !

Rendez-vous sur Hellocoton !