Toi-même tu sais

14 avril 2011

saw1.jpgBonjour

 

Je veux jouer à un jeu…

 

Non, je ne vais pas vous faire le remake de Saw (quoi que…j’ai un tas d’idées sadiques !), je vais faire bien mieux : créer mon propre Tag qui va faire le tour du Web !

 

L’idée ? Simple ! Je vais vous raconter 3 anecdotes…mais il y en a une de fausse ! A vous de découvrir laquelle.

 

Et comme j’aime la difficulté, je vais vous en raconter 3 sur le même thème : La Montagne (pourtant que la montagne est belle…)


……………………………………………………

Anecdote n°1 : Nous faisions, mes parents, ma famille et moi une randonnée en montagne. J’étais enfant et c’était l’été. Nous avons toujours aimé Les Alpes l’été dans ma famille, c’est comme ça. Et nous sommes de bons marcheurs. Bref, nous avions décidé d’aller haut dans les alpages, histoire de nous détendre après une marche acharnée.


Ainsi, nous franchissons un sentier effondré, étroit et glissant (ce détail a son importance), pour enfin arriver dans un vert pâturage, encerclé de neiges éternelles et de vaches. Plein de vaches…j’adore les vaches. Nous nous posons un peu, nous détendons, la belle vie…Allez savoir pourquoi, les vaches ont moins apprécié que nous ce moment de détente. Nous avons dû nous sauver en 4ème vitesse, poursuivis par un troupeau de vaches en colère et plutôt menaçantes ! Mais l’histoire ne s’arrête pas là…nous devons (très très vite, car une vache, ça galope vite) passer par le fameux petit sentier pourri. J’ai peur. Non seulement il glisse, mais il donne sur le vide, il vaut donc mieux éviter de se planter (en tout cas, on ne peut se planter qu’une seule fois). Forcément…je glisse ! Mais je me rattrape à des plantes qui sortent du sol et essaie de planter mes pieds dans la paroi ! Une plante casse…ma courte vie défile devant mes yeux…je me rattrape in-extremis à une deuxième…Heureusement, tout est bien qui fini bien (ben oui, il fallait bien quelqu’un pour vous raconter l’histoire), mon père et mon oncle me récupèrent à temps. Tout va bien…sauf mon genou !

Le temps de rentrer à la maison, on soigne mes plaies et j’ai le temps de m’en remettre. J’ai, quand même, l’appréhension d’avoir à terme une cicatrice très laide sur mon genou (je suis une fille un peu chochotte et chichiteuse). Ma mère me rassure…ça passera. Le ledemain, après ces fortes émotions, nous préférons rester tranquillement  à la maison. Le soir, nous passons prendre l’apéritif chez nos amis et voisins. C’est cool, tous mes copains sont là ! Nous en profitons pour jouer à la balançoire. Il est l’heure de manger, je laisse la place à l’un de mes petits camarades de jeu…je me précipite vers la maison. BIM : je me suis prise la balançoire en pleine tête, j’ai fait le vol plané de ma vie et atterri, comme il se doit, sur le gravier. Evidemment, mon genou, traîné sur plusieurs mètres, s’est rouvert. J’ai depuis une cicatrice toute ronde qui vous facilitera grandement la tâche, si, d’aventure, je finis à la morgue !

3926005428_fac07c69b1.jpg

 

 

Vrai ou Faux ?

 

 

…………………………………………………..

Anecdote n°2 : Nous faisions, mes parents, ma famille et moi une randonnée en montagne. J’étais enfant et c’était l’été. Nous avons toujours aimé Les Alpes l’été dans ma famille, c’est comme ça. Et nous sommes de bons marcheurs. Nous avions découvert un nouveau chemin qui devait nous mener vers une cascade magnifique et réputée ! J’adore les cascades magnifiques et réputées.


Après plusieurs heures de marche (certaines choses se méritent), nous arrivons. C’est effectivement magnifique et surtout serein. Imaginez, une cascade chantante, suivie d’un torrent rapide à l’eau cristalline et fraiche, perdue dans la montagne, parmi les arbres, quelques plaques de glace et le soleil. Et le chant des oiseaux…Un petit goût de paradis, je ne vous dis que ça, et souvent, il m’arrive d’y repenser. Nous décidons de nous poser sur l’herbe, à proximité des rochers et de faire bombance (nous avions prévu le picnic et étions partis à 6h du matin). Nous avons beaucoup de chance, la cascade est peut-être très réputée, mais nous sommes seuls sur place. Après le repas, jeux de ballons, bronzage, jeux de cartes sont à l’honneur. Des vacances comme je les aime. Soudain, j’entends un drôle de bruit. C’est le cri d’un oiseau que je ne connais pas. Je regarde et, de l’autre côté du torrent je le vois. Aujourd’hui, je ne sais toujours pas quel type de piaf c’était, mais passons. Ni une, ni deux, je décide de traverser pour le voir de plus près. Ma mère me crie de rester là, car, avec ma maladresse légendaire, je risque de me faire mal. Peu importe, de toute façon je sais nager et c’est un petit torrent, pas les chutes du Niagara. Je retire mes chaussures et je fonce…trop vite. Vous saviez vous que ça pouvait-être aussi puissant un torrent ? Et aussi qu’on pouvait se noyer dans une vingtaine de cm d’eau ? Bref, j’ai glissé bêtement et me suis laissée entraîner par le courant (très très rapide !). J’avais peur, j’avais mal, je hurlais. Soudain, l’inspiration ! Pour éviter de me noyer, je décide de retirer tous mes vêtements, j’avais vu ça une fois à la télévision. Ok, je me noie à moi
tié en le faisant, mais ça me ralentit suffisamment pour laisser à mon père le temps de plonger et de me sortir de l’eau. Sauvée !

Un hasard n’arrivant jamais seul, c’est à ce moment qu’a débarqué un car de touristes (je suppose qu’ils avaient dû se perdre auparavant…) ! Il doit y avoir des centaines de photos de moi sans culotte qui se baladent dans le monde ! 171682073_7a9f0acffb.jpg

 

Vrai ou Faux  

 

 

…………………………………………………

Anecdote n°3 : Nous faisions, mes parents, ma famille et moi une randonnée en montagne. J’étais enfant et c’était l’été. Nous avons toujours aimé Les Alpes l’été dans ma famille, c’est comme ça. Et nous sommes de bons marcheurs. Nous faisons notre parcours habituel, celui qui passe par les biquettes ! J’adore les biquettes !


Chaque année, nous allions au même endroit au moins une fois par an, tant c’est agréable et plaisant. Sur le chemin de la randonnée, il y a une étable avec des tas de biquettes et même des bébés biquettes (késaco biquette ? une chèvre !!). Imaginez le bonheur pour une petite fille fan de montagne et d’animaux tout mignons ?! Cette étable se situe presque en bout de parcours et, en général, nous nous y arrêtions un bref instant à l’aller, et plus longtemps au retour (pour en profiter sans nous couper dans notre élan).


Là, c’était le retour. J’en profite pour aller jouer avec les biquettes, regarder le berger donner le biberon à un magnifique bébé (biquette évidemment, les bébés humains ne m’attirant pas trop quand j’étais petite) et courir partout avec mes cousins assez turbulents. Pendant que les adultes discutent fromage avec le berger, mes cousins et moi décidons de jouer à cache-cache. Et chez nous, on perd quand le « chercheur » arrive à nous trouver et nous toucher (sinon c’est trop simple, surtout dans les vastes espaces de la montagne). Je file me cacher…derrière l’étable. Mon cousin compte jusqu’à 20 et au bout de quelques minutes fini par me trouver. Je dois courir pour ne pas être attrapée. Comme j’ai souvent de bonnes idées, je décide de couper à travers une large plaque marron, sèche, qui occupe une surface importante derrière l’étable. Vu que personne ne passe jamais dessus, j’étais sûre de pouvoir m’échapper.

C’est là que j’ai découvert que cette large plaque marron était loin d’être sèche (enfin, en surface), avait plusieurs mètres d’épaisseur et n’était pas composée de terre (comme je le pensais, vu la couleur). Je me suis donc embourbée jusqu’aux genoux dans…les excréments de biquettes que le berger mettait là à sécher au soleil (pour du bon fumier). J’étais coincée, puante, humilée et en larmes ! Ma famille ma t-elle aidée ? Non, mais j’ai des tas de photos de cet événement ! Finalement, le berger m’a sortie de là et m’a aidée à me laver, tant bien que mal, dans la bassine. L’odeur a bien mis deux jours à partir… 2337473564_1d3c6cb9f6.jpg

 

Vrai ou Faux ? 

 

 

 

 

Comme j’ai écrit un article très sympa précédemment, je vais me lâcher et tagguer toutes les personnes précédemment citées !

 

Enjoy !

 

 



Trois galères, seulement deux possibilités
Laquelle des trois galères ?
J’ai été attaquée par un troupeau de vaches
Je me suis retrouvée cul-nu devant des touristes égarés
Je me suis à moitié enterrée sous une tonne de merde


Résultats

Rendez-vous sur Hellocoton !