Un dernier tag pour la route 2/2

21 avril 2011

folie.jpgEnfin la suite ! Vous l’attendiez tous, manifestiez dans toutes les villes de France et de Navarre, priiez dans toutes les églises…n’en jettez plus, me voici !

 

Comme je vous l’ai indiqué hier, le Tag des 2X3 m’oblige à vous raconter 3 anecdotes professionnelles et 3 choses folles. Nous en sommes donc au moment de mes coups de folies !

 

Anecdote folle N°1 : Quand j’étais adolescente, j’étais profondément amoureuse d’un garçon. Je vous rappelle que j’étais la tordue de service, il est donc évident que ce n’était pas du tout réciproque (rien que le fait de m’adresser la parole était perçue comme une bizarrerie sans nom…sauf pour m’insulter ou me filer une baffe). Mais, si je suis tenace, mon petit coeur aussi ! Je lui ai donc courru après pendant…5 ans ! D’ailleurs, pendant cette période, il m’a fait la bise 3 fois, youhou (j’étais un peu moins bizarre au lycée et plus fréquentable). Aujourd’hui encore, j’ai une pensée émue tous les 14 janvier (date de son anniversaire), même si je l’ai estimé bien moins digne de moi en découvrant qu’il avait raté son bac (je suis snob sur certaines choses, je n’aime pas les redoublants).

Bref, je dois vous avouer une petite chose…une chose qui fait peur ! Pendant toutes ces années, j’ai tout fait pour qu’il me remarque et qu’il se dise que le destin nous envoyait le message d’être un jour ensemble. Ainsi, je l’ai traqué. Notre ville n’était pas grande, je savais où il vivait…j’ai donc passé des heures (que dis-je, des journées) entières à me promener autour de son pâté de maison, pour qu’il tombe sur moi « par le plus grand des hasards ». Ou de le guetter à la sortie de son entraînement de foot, cachée derrière les voitures du parking, et de sortir de là « comme par magie ». Honnêtement, j’ai dû hanter tous ses cauchemars…

 

Est-ce que ça a fini par marcher ? Non, et heureusement pour nous deux !!

 

Anecdote folle N°2 : Elle est courte, mais elle en vaut quand même la peine ! C’était le jour de l’an. L’esprit était à la fête et nous nous préparions à une nuit de folie, MEX et moi. Le frigo était plein, nous nous étions fait plaisir ! A cette époque, nous étions encore étudiants (mais jeunes mariés), donc, cette soirée était vraiment une folie par elle-même. Nous nous étions faits plaisir et avions investi dans le foie gras de la mort ! Il devait nous accompagner pendant tout le repas. Seulement…au moment de préparer les toasts (et il était déjà fort tard), nous avons réalisé que nous avions oublié d’acheter du pain !! Pas de toast, de pain de mie, de baguette, rien nada, que nos doigts et nos fourchettes pour tartiner ce foie gras génialement bon et coûteux !!

Fin de notre jour de l’An ? Ca aurait été trop Galère ! J’ai donc eu l’idée du siècle (on éclate pas de rire)…rechercher le reste de baguette de la veille, jeté dans la poubelle le matin même, et le nettoyer au robinet.

 

Oui, nous avons osé ! Notre jour de l’An était sauf…je n’en dirais pas autant de ma dignité !

 

Anecdote folle N°3 : Celle-là est un peu particulière. Il s’agit de la chose la plus folle que j’ai faite dans ma vie !


Je suis, en général, une personne prévoyante, qui privilégie la sécurité en toute circonstance, qui réfléchit aux petits détails et surtout qui planifie. C’est mon truc ! Mais il y a eu un moment, où tout cela a volé en éclat, où je n’ai rien planifié, rien calculé et où j’ai parié gros sans la moindre hésitation. Non, je ne suis pas allée au casino, j’ai fait un pari sur ma vie.

 

Un jour, j’avais rendez-vous avec une amie pour aller voir un film (pour la quatrième fois, c’était NOTRE film). Bon, nous avions cours, mais avions décidé de sécher ce jour là, il faisait beau, c’était bientôt l’été et surtout, nous étions assurées de réussir nos partiels (nous étions trop fortes !).

Ce coup-ci, petit changement, elle propose à deux de ses amis de venir avec nous…pourquoi pas (un seul est venu) !

J’arrive au lieu de rendez-vous, en retard comme d’habitude (c’est mon autre truc…) et ne voit pas mon amie. En revanche, un charmant jeune homme (que je connaissais vaguement de vue, c’est petit, une université) vient à ma rencontre. Il me dit « Tu dois être Pasd’Bol ? On m’avait prévenu que tu serais en retard, So est partie à la cabine pour t’appeler (oui, nous n’avions pas de portables, on était jeunes, on était vieux, on était des fous) ».


Croyez-le ou pas, ma vie a basculé à cet instant. Un peu comme si je changeais de dimension. Pourtant, il n’était pas spécialement beau, pas spécialement mon genre, pas spécialement différent. Mais j’ai su, c’est comme ça.


Nous sommes allés au cinéma (j’ai eu du mal à me concentrer), puis ma copine est rentrée et nous avons passé le reste de la journée tous les deux. Nous nous sommes perdus pendant des heures, à parler de tout et de rien. Ma vie était devenue différente, et je sentais que pour lui aussi. Pourtant, j’étais la dernière à croire à ce genre de cliché, j’ai toujours été très pragmatique. Mais, j’avais senti que nos vies s’étaient liés à l’instant où l’on s’était regardés, ça semble crétin, mais c’était ça…


A la fin de la journée, nous nous sommes dit au revoir. Nous aurions pu nous mettre ensemble à ce moment là, mais cela aurait tout gâché. D’ailleurs, pou
r lui aussi, j’ai appris par la suite qu’il voulait faire les choses bien.

Trois jours après, il m’a appelée. un exploit, vu que je ne lui avais jamais donné mon téléphone (il s’est débrouillé), m’a proposé un restaurant chinois (il s’était aussi renseigné sur mes goûts) et, une semaine, jour pour jour, après notre rencontre, nous avons eu notre soirée. Je vous passe les détails (qui m’appartiennent) mais sachez qu’il y a eu des rires, de la marche (nous nous sommes encore perdus), un incendie (un joli spectacle, enfin pas pour les habitants de l’immeuble), de la lecture…et au final un couple était né.

 

Est-ce cela ma chose folle ? Même pas, là je vous présentais juste le contexte !! Je viens à l’essentiel ! Dès ce moment là, il a vécu chez moi. Je crois qu’on peut dire qu’une personne qui vit 5 jours par semaine (puis 6) chez vous, vis avec vous. Il y a mieux. 15 jours après nos « débuts », nous fixions une date de mariage (véridique) et un lieu pour le voyage de noces (je vous recommande chaudement Les Seychelles pour le vôtre, c’était le pied !). 3 mois plus tard, il m’offrait une bague de préfiançailles (il avait travaillé tout l’été pour ça), un an après ce furent les fiançailles officielles puis le mariage, 2 ans après notre rencontre.

 

C’est ça la chose la plus folle que j’ai faite. n’écouter que mon coeur, malgré tous les avis de mes proches (je suis passée pour une folle, personne ne me reconnaissait car ce genre d’actes est loin de ma personnalité), malgré ma jeunesse et les difficultés de la vie. Ce jour là, je suis devenue spontanée (pour la seule et dernière fois de ma vie).

 

Bien sûr, si vous lisez ce blog, c’est que je me suis plantée !

 

Je ne regrette pas, malgré le divorce et l’échec. Au moins, j’aurai vécu à fond

 

Se tague qui voudra (il a déjà fait le tour du Web de toute façon…)

Rendez-vous sur Hellocoton !