Un récit Biblique…

21 mars 2011

goliath.jpgPremier livre de Samuel, chapitre 17 :

 

48 Tandis que le Philistin s’ébranlait pour affronter David et s’approchait de plus en plus, David courut à toute vitesse pour se placer et affronter le Philistin. 49 David mit prestement la main dans son sac, y prit une pierre, la lança avec la fronde et frappa le Philistin au front. La pierre s’enfonça dans son front et il tomba la face contre terre. 50 Ainsi David triompha du Philistin par la fronde et la pierre. Il frappa le Philistin et le tua. Il n’y avait pas d’épée dans la main de David. 

 

Inutile de revenir sur mes galères avec le Pôle Emploi, elles sont, semble t-il, célèbres. Passons directement à la conclusion qui s’est jouée ce matin. Enfin, revenons un petit peu aussi sur ce qui s’est passé vendredi.

 

Vendredi, donc, j’ai été contactée par l’autre organisme dont je dépends pour la résolution du conflit, à la suite de papiers que j’ai réenvoyés, car il manquait encore certains éléments et quelques papiers. Seulement, cette fois, il y avait du nouveau ! Si tout était envoyé avant lundi, la situation pouvait se débloquer avant la fin du mois ! Pour doubler l’action très sympathique de cette personne efficace qui s’est hâtée d’envoyer un fax au Pôle Emploi, j’ai de mon côté envoyé un mail bien senti pour être sûre qu’il y aurait de l’action. Et vu mon degré d’énervement et de colère (au bout d’un moment, c’est marrant mais je sature), par bien senti, j’entends particulièrement virulent ! Mais étayé par des faits…toujours.

 

Parce, que soyons clairs, j’en ai marre de vivre avec 0 euros par mois à cause d’une bêtise dont je ne suis même pas responsable !

 

Bref, ce matin, j’arrive à la première heure, sûre de mon droit, avec la ferme intention de résoudre ce problème une bonne fois pour toutes. Je poireaute une heure (pas de souci, j’avais de la lecture) et enfin…la confrontation.

 

Apparemment, mon mail était assez virulent pour qu’ils se déplacent à deux. D’ailleurs, il en a largement été question. On m’a surtout reproché le caractère injurieux et diffamatoire de MES mails (euh non, y en avait qu’un comme ça, les autres étaient très sympa, corrects et faisaient état de la situation…mais comme j’avais aucun retour…)

 

Il a également été question de ce blog (j’ai vraiment des fans partout, je suis flattée…)

 

Bref, qu’en est-t-il ressorti ? D’une part, on m’a fait comprendre que j’étais une menteuse (honnêtement je préfèrerais, ça voudrait dire que toute cette galère n’est pas arrivée) car la personne chargée du dossier avait bien envoyé tous les éléments depuis le…1 mars (date exacte de mon article…coïncidence ? Autant ne pas polémiquer, ce n’est pas le retour que j’en ai eu). On va faire comme si je ne me bats pas depuis septembre.

D’autre part…c’est ma faute ! Eh oui ! Parce que je n’ai rien compris de ce qu’on m’a demandé de chaque côté et qu’en plus, je n’ai jamais rien fait pour faire avancer le dossier ! Jamais rien envoyé, appelé, rien, nada. C’est sûr que j’aimais tellement vivre sans RIEN, qu’il était plus intelligent de buller sur mon canapé en faisant une petite prière de temps en temps, des fois que ça se débloque sur un malentendu !!

 

De qui se moque t-on ? Je suis désormais coupable de MA situation ?

 

Je ne vous cache pas, qu’hormis une ou deux interventions, j’ai préféré laissé passer l’orage. On peut bien dire ce que l’on veut de moi, personne ne me retirera des faits dont j’ai été personnellement témoin (que j’ai subi même) ou la vérité exacte de la situation. Personne, pas même une institution publique. Alors menteuse, stupide, injurieuse (reprocher le manque de professionnalisme et d’humanité est donc une injure ? Soit !), peu me chaut. Il est juste pénible d’être infantilisée comme une mauvaise élève prise en faute tout simplement parce que j’ai essayé de défendre mes droits.

 

Quant à l’accusaion de diffamation publique (oui je sais ce que ça signifie, j’ai également fait des études), allons-y gaiement. Comme je l’ai expliqué ce matin (je le répète vu que je suis désormais la lecture à la mode du Pôle Emploi), j’assume à 100% ce que j’ai dit. Je n’ai aucunement peur de poursuites, je réitèrerais mes propos si besoin. Ceci n’est pas de ma part de la provocation, je sais simplement que j’ai la vérité pour moi, et qu’on ne traite pas les gens comme ça.


D’ailleurs,  

 

Exonération : l'exception de vérité (article 55) En matière de diffamation, l'intention coupable est présumée (L. 19 juillet 1881, art. 35bis), il appartient donc à l'auteur des propos prétendument diffamatoires d'apporter la preuve de sa « bonne foi ». La démonstration de la bonne foi est parfois difficile et exige la réunion de quatre critères :

  • la sincérité : l'auteur disposait d'élément suffisant pour croire à la vérité des faits relatés ;
  • la poursuite d'un but légitime : les propos visent à informer et non à nuire ;
  • la proportionnalité du but poursuivi et du dommage
    causé ;
  • le souci d'une certaine prudence.

Ai-je envie de jouer à ça ? Non, à vrai dire, je commence à être fatiguée de ce long combat, voilà pourquoi je me moque des propos qui ont été tenus. Tout ce qui m’importe, c’est que ça soit ENFIN réglé.

 

Oui tu as bien lu, Internaute, ma situation devrait enfin être régularisée avant la fin du mois. Ce qui signifie que je vais arrêter d’avoir peur quant-à mon logement ou mes frais d’hospitalisation. Rien d’autre n’a d’importance.

 

Attention (je précise des fois que), je ne stigmatise pas tous les employés du Pôle Emploi, j’en ai rencontré pas mal qui faisait un travail remarquable et plein d’empathie. Je ne parle que de ma situation à moi et de ce que j’ai enduré dans ce cas précis. Mais si je dois encore lutter pour assumer ce qui s’est passé, alors allons-y.

 

Oui mes propos sont graves, car les faits le sont ! Et ce qui est dramatique dans cette histoire, c’est d’avoir été poussée à publier des articles sur le Net et d’envoyer un mail excessivement durs (mais sincères) pour pouvoir toucher mon dû et voir enfin bouger les choses !

 

Etait-ce très moral ou justifié…ce n’est pas à moi d’en juger. Je note simplement que ce fut…efficace !

Rendez-vous sur Hellocoton !