Voulez-vous danser Grand-Mère ?

16 septembre 2011

bb_lit1.jpgPetit hommage à ma copine Chantal, l’artiste à qui je dois mon premier émoi de star (vous vous moquez de Piou Piou, mais vous n’êtes jamais monté sur scène devant des milliers de personnes !)

 

Pour ce rendez-vous des vendredis intellos, je vais plutôt vous parler d’une de mes lectures favorites. Et bien sûr lier ça comme je peux (eh hop ! Magie !) à l’éducation des enfants.

 

Aujourd’hui, honneur au plus célèbre écrivain pour enfants du XXème siècle, j’ai nommé Roald Dahl, qui a écrit des classiques comme Charlie et la Chocolaterie ou Mathilda.

 

Pour ce vendredi j’ai choisi d’aborder La Potion Magique de Georges Bouillon, qui me fait toujours autant rire que la première fois que je l’ai lu (en primaire lors d’une sortie à la bibliothèque).

 

potion_mag.jpg

 

Le pitch : La grand-mère de Georges n’est pas de ces adorables mamies gâteaux qui racontent des histoires et offrent des bonbons. Elle serait plutôt du genre sorcière, méchante et aimant faire peur aux enfants. Puisque c’est une sorcière, Georges décide de la transformer en lui concoctant une potion magique à sa façon. Du genre explosif. Une potion qui aura des effets plutôt inattendus…

 

En gros, Georges est un gentil petit, sérieux et bien elevé qui vit dans une ferme avec ses parents et sa grand-mère maternelle totalement impotente. C’est un gamin tellement gentil, que lorsque ses parents s’absentent, il est chargé de s’occuper de sa grand-mère et de concocter sa potion médicinale. Malheureusement, mamie est une sale vieille, grossière, méchante et mal élevée (et moche qui plus est). Un cauchemar sur pattes dont il faut surveiller la santé (c’est fragile une petite vieille impotente, même si c’est une vieille sorcière). Forcément, au bout d’un moment il décide de lui jouer un tour comme un enfant peut en imaginer.

 

Bien sûr, je pourrais orienter ça sur les parents qui donnent trop de responsabilités à leur jeune enfant…mais en fait nous allons parler du rapport des enfants à leurs grands-parents.

 

croquisgbouillon.jpg

 

La grand-mère de Georges est méchante, et vit chez lui en permanence. Néanmoins, il est manifeste que les parents de Georges n’ont rien fait pour établir un lien entre l’enfant et sa grand-mère.

 

Bien sûr, on n’est pas obligé d’aimer sa famille. Par exemple, j’avais une grand-mère infecte et méchante. Pourtant, mes parents faisait tout pour créer un attachement réciproque. Ce qui est d’autant plus facile chez un enfant jeune (qui aime sa famille car lui pour la famille ne peut que l’aimer). Mais pour en arriver à une telle haine d’un enfant envers sa famille proche, il faut qu’il n’ait reçu aucun encouragement de la part de ceux qui l’éduquent.

 

La question que l’on peut se poser est doit-on dès le début créer un lien entre un enfant et ses grands-parents ou celui-ci doit être naturel lié à une appréciation réciproque des individus ? Quel rôle doit jouer les parents dans une relation enfant/grands-parents. Ce qui est d’autant plus crucial en cas de grand-parent malade, impotent ou carrément détestable.

 

Gardons cette idée à l’esprit en se rappelant que la fameuse potion de Georges finit par faire disparaître définitivement sa grand-mère. Protégeons nos enfants de l’homicide involontaire par manque de communication !

Rendez-vous sur Hellocoton !