Wrong number

10 juin 2014

Sandy ValentinoIl y a des jours avec, des jours sans, des jours de poisse et…des jours improbables. Ces derniers sont plus rares mais sont assez intenses pour provoquer l’hilarité jusqu’en 2036. Quand je dis improbables, j’entends tellement surréalistes que la seule solution à donner est 42 (certains comprendront). Eh bien, pour moi, nous étions donc le jeudi 42 juin (si si, c’est possible, croyez m’en).

Passons directement à l’épilogue (il n’y a aucun ordre dans l’univers, ça ne sert à rien, l’univers est absurde) de cette journée riche en émotion, j’ai perdu en finale Tribway (ce qui n’avait rien d’improbable, il faut en convenir). Ceci étant posé, venons-en au summum de la journée…

Il est 10h, je comate devant mon écran, faisant semblant de travailler (j’ai un réel don pour la simulation ce qui n’est plus à démontrer parmi la population mâle) quand je reçois un mail via Samy (hélas, triple hélas, mon ordinateur de bureau ne me sert qu’à travailler, autrement dit à pas grand’chose). De suite, mon coeur s’emballe quand je lis « Réponse à candidature » venant d’un cabinet de recrutement. Là, point de refus. Miracle ! Ou presque… La recruteuse me notifie qu’elle a un CV super intéressant pour mon poste. De fait, elle me tutoie. Bon, je suis dans la communication, ce n’est pas un mail un peu cavalier qui va m’étonner tant qu’il semble un tant soit peu positif pour ma pomme. Non, ce qui me surprend, c’est le fait qu’elle m’envoie un CV pour mon poste. Car si je cherche bien du travail, je n’en suis pas à recruter des gens pour le faire à ma place. Tout de suite, je me dis qu’elle me met en copie cachée de son collègue. C’est possible après tout non ? Eh non ! Immédiatement, la possibilité d’une erreur de destinataire commence à se frayer un chemin dans ma tête ravagée par un sursaut d’optimisme (je n’avais donc plus les idées claires, clairement). Intriguée comme un homme de Néandertal par le feu (ou un homme du XXIème siècle par une fermeture de soutien-gorge), je décide d’ouvrir la pièce jointe, le fameux CV super intéressant. Allez, je mets fin à cette incertitude pesante Lecteur, ce n’était pas moi ! Non seulement la recruteuse s’est trompée de destinataire, mais elle m’a envoyé le CV de ma rivale (plus intéressante que moi si tu suis). « Hum, elle est bien bonne celle-là » que je me suis dit ! Il est vrai que ça me change des habituels « Votre CV ne correspond pas à notre attente », clair, rapide, efficace et un poil humiliant. Comme j’ai été bien élevée (merci Maman Pasd’Bol), je réponds pour signifier l’erreur, espérant naïvement que mon honnêteté et l’embarras de mon interlocutrice la poussera à me reconsidérer comme l’Elue. Au lieu du « Vous êtes géniale, on vous embauche demain », j’ai eu un simple « En effet, c’est une erreur, désolée ». C’est mieux que rien, au moins elle a répondu.

Mais ça c’est juste une galère, pas le truc le plus improbable qui soit. En effet, quelles étaient les chances pour que ça se reproduise en pire le même jour ? Avec Pasd’Bol, tout est possible…

11h40, je vais sur ma 50ème pause Internet de la journée et je reçois un mail venant d’un ministère qui s’intitule « Recrutement DarkGally Pasd’Bol ». C’est mon nom à moi dedans avec recrutement à côté, mes pieds ne touchent plus sol (surtout parce que je fais 1m55 et que ma chaise est haute). J’ouvre, fiévreuse et là, le choc ! La DRH confirme, prend note de mon recrutement effectif pour un super CDD reconductible pour le ministère et exige une foule de documents pour la validation ! And the dream came true ! T’emballe pas Lecteur, j’ai pas fini l’histoire. Déjà je tique. Je n’ai pas eu d’entretiens depuis mars et si ça avait été dans un quelconque ministère français, je m’en souviendrais non (enfin, je crois) ? Après, je sais que j’envoie une tonne de candidatures, mais là aussi, c’est le trou noir (en général, quand je suis saoule, j’envoie des textos un peu chauds, pas des CV). D’un coup, je deviens méfiante. Dans la liste des papiers à fournir on me demande ma carte d’identité, mes diplômes, mon RIB, ma carte vitale…et si c’était une nouvelle arnaque à dénoncer sur VMG ? En plus, il s’agit de l’une des multiples adresses mail que je n’utilise qu’en cas de besoin, jamais pour le travail. Tout ceci est décidément fort bizarre, je décide d’enquêter…

Première chose curieuse, je ne suis qu’en copie, il y a 5 personnes avec des adresses officielles en destinataires premiers. Un coup d’œil sur mon ami Google qui sait tout et je découvre…que ce sont des vrais gens ! Il s’agit bien d’un vrai mail du ministère avec les vraies adresses mail des vraies personnes qui y travaillent et un vrai poste qui existe. Super ! Mais voilà, même si je suis toute joie d’aller bosser pour un ministère, je suis quand même étonnée de ne pas avoir participé au processus de recrutement (et, ce, dès la première étape vu que je n’ai même pas candidaté, enfin pas que je sache) ou d’avoir été prévenue par téléphone. Ok, je suis recrutée, mais je sais ni quand, ni comment, ni pourquoi, ni combien. Moi je veux bien faire ce qu’on veut, mais ça serait gentil de me le dire ! J’épluche donc ce fameux mail salvateur histoire de choper un maximum d’éléments pour comprendre. Si ça se trouve, une copine que je ne connais pas à décidé de me faire une fleur en faisant passer mon CV en haut lieu ?

Après quelques recherches et déductions, j’arrive à trouver le job. Et j’ai compris pourquoi je ne me souviens pas d’avoir postulé. Simplement parce que je ne l’ai pas fait ! De fait, il s’agit bien d’un poste concernant la communication, là on est bien, qui nécessite d’être spécialisée en biologie marine (tout moi hein), d’avoir le permis B (le pass navigo ça marche ?) et de connaître parfaitement la Guadeloupe (où je n’ai jamais mis les pieds de ma vie) car c’est un poste en local. Je me serais souvenue d’un truc pareil non ? Comme ma précédente expérience me revient à l’esprit, je pense à une erreur. Mais le hic est là, c’est bien mon adresse mail et mon nom à moi dans le corps de texte (répété deux fois). Comment diable ont-ils pu se tromper sans mon adresse mail et mon nom à moi ? L’hypnose ? Je renvoie donc un mail pour leur dire que je suis vraiment super contente d’avoir le poste, que je commence quand ils veulent mais que, oui, ça serait gentil de m’en dire plus vu que je n’ai jamais passé d’entretien.

Après quelques heures, j’ai reçu une réponse (où je suis encore en copie) du chef de projet au sein du ministère (la classe). Et pas n’importe quel mail…qui me confirme mon recrutement pour le 7 juillet avec toutes les pièces jointes réclamées ! La carte d’identité, les contrats de travail, le RIB, la carte vitale et tout… Je tombe de ma chaise ! J’en ai la tête qui tourne, est-ce un coup de la CIA ? Tremblante, j’ouvre les documents…Vous saurez heureux d’apprendre qu’il existe une autre DarkGally Pasd’Bol en France qui connaît la communication, la biologie marine, la Guadeloupe, qui a son permis B et qui, accessoirement, est plus jeune et plus jolie que moi ! Et qui a obtenu un job au ministère…Je suis contente pour elle hein, je suis même fière au nom de toutes les DarkGally Pad’Bol de la planète, d’ailleurs si elle veut bien payer mon loyer pendant qu’elle ira bronzer en Guadeloupe, je suis prête à devenir sa meilleure amie ! En revanche, de mot d’excuse de la part des RH, point, nenni, nada, tu peux te brosser Martine.

Comme je ne comprenais pas bien ce qui a pu se passer (c’était MON adresse mail), Mope m’a expliqué. Parfois Gmail déconne sec. Et mélange de lui-même les adresses pour peu qu’elles soient similaires, même si tu tapes la vraie dans ton message (vous le saurez). J’ai toujours dit que la technologie me voulait du mal.

Jeudi 42 juin 2014 est à marquer d’une pierre blanche. J’ai failli avoir un CV intéressant, j’ai failli être recrutée en Guadeloupe pour nager avec les tortues pour le ministère et j’ai failli gagner la finale Tribway.

Je suis sûre que j’ai une vie formidable dans un univers parallèle !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • dark gally
  • darkGally