Y croire ou pas ?

17 juillet 2012

cupidon.jpgParlons peu, parlons bien ! Mon article d’hier vous a touché, attristé ou vous vous êtes identifiées. Il y a quand même une chose que je n’ai pas abordée. Le mariage ok (ou pas) mais l’amour dans tout ça ?

 

Il y a eu pas mal d’articles sur la blogo ces derniers temps sur les déceptions, le fait de croire que l’amour est un mirage, un miroir aux alouettes, une sorte de chose qui finit forcément par mourir un jour et dont il convient de se méfier.

 

Je ne le comprends que trop bien depuis que j’ai rejoint les rangs des célibattantes. J’ai aussi eu mon lot de tocards mauvaises expériences (et encore je n’ai jamais mis les pieds sur AUM, vous dire si parfois la vraie vie ça craint un peu).

 

Pourtant, je suis sans doute une grande naïve malgré mes déclarations anti-mariage et mon statut de reine du cynisme, l’amour, le grand, le vrai, celui avec un grand A, ben j’y crois encore. D’un autre côté je continue de croire dur comme fer au Père Noël…

 

C’est vrai, pour l’avoir connu une fois, je pourrais me dire que je suis condamnée aux relations à dead line, sympas mais pas exceptionnelles et renoncer au film hollywoodien qui tourne dans ma tête. Nombreuses sont celles qui en sont là d’ailleurs. Malgré ça, j’y crois encore.

 

D’une part, je préfère me dire que si c’est arrivé une fois, il n’y a pas de raison que ça ne revienne plus. Après tout l’amour est aussi conditionné par ce que l’on est au fond de nous. Passionnée un jour, passionnée toujours. Le tout est de ne pas se renier pour vivre un truc tout juste satisfaisant par peur d’être seule.

 

De l’autre, il y a aussi cet aspect « tout demander de la vie pour pouvoir tout offrir ». Autrement dit plus on rêve haut, plus on a des chances d’aller loin. Ne pas se limiter à une réalité qui semble morne, et croire toujours que tout peut arriver. Je crois sincèrement que l’état d’esprit avec laquelle on aborde la vie et les autres déterminent la qualité d’une possible rencontre. Or, quand on n’y croit plus, comment celle-ci pourrrait arriver ?

 

Bien sûr, parfois on se trompe, on se ramasse même, mais quand on tombe, le but est de se relever et d’avancer sans perdre de vue pourquoi on le fait.

 

Récemment, j’ai même vu certaines défaitistes recommencer à y croire et, finalement, créer quelque chose de beau. La preuve que ça vient tôt ou tard et de ne pas renoncer même quand ça semble impossible.

 

Donc…Haut les coeurs !

 

C’est en croyant encore en l’amour qu’un jour (ça serait quand même sympa qu’il se magne, Patience n’est pas mon deuxième prénom) qu’il viendra pour une jolie histoire.

 

Mettre du merveilleux dans ses rêves, c’est quand même ce qui rend la vie belle malgré les galères, non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !